Quand l’archiviste parle à l’archiviste à travers le temps

Quand, au cours du classement archivistique, tu tombes sur des analyses (au crayon) d’un illustre prédécesseur et des dossiers pré-décrits…

Charles Grandjean (1857-1933) croisé au détour de quelques dossiers de la cote F/19/7803 (Notre-Dame de Paris), annoté sans doute lorsqu’il était inspecteur des monuments historiques ou membre de la Commission des monuments historiques.

Source et lien: Archives nationales, F/19/7803. Bibliothèque de l’École des chartes, article nécrologique, année 1933, consultable en ligne sur Persée.

Publicités

Pas de travail pour les étrangers

« […] cet entrepreneur [M. Gabani] est italien, mais […] le sieur Sartori dont le nom est ajouté au sien et auquel le sieur Gabani était associé était naturalisé français.

Or le sieur Sartori étant décédé, il n’y a pas lieu de prendre comme son successeur dans les travaux le sieur Gabani resté italien et comme il n’y a pas d’entrepreneur de fumisterie français à Périgueux, nous ferons exécuter les quelques menus travaux d’entretien qui relèveront de cette profession par le plâtrier, le sieur Brachet, ce dernier étant suffisamment capable pour les exécuter »

Tant pis si le dit Pierre Gabani, fumiste de son état, travaille depuis 1875 aux travaux d’entretien de la cathédrale… et que pendant 18 ans ça n’a pas posé problème.

Source : Archives nationales, travaux de restauration de la cathédrale Saint-Front de Périgueux, juillet 1893, F/19/7815.

Moment VIP

En 1893, un (second) concours est organisé pour décider quels artistes auront le privilège de réaliser les vitraux Jeanne-d’Arc de la cathédrale d’Orléans. De grands noms sont en piste!

Et c’est le duo Galland et Gibeli qui remporte l’adhésion du jury, de manière plus ou moins évidente.

Mais certains ne s’avouent pas battus ! Une pétition signée par le gratin de l’époque s’insurge de l’élimination pour des raisons injustes d’Eugène Grasset. Il y aurait eu pression…

Zola, Rodin, Toulouse-Lautrec, Mallarmé, Charles Le Goffic,

Source : Archives nationales, F/19/7775.

Le jour où A. Amezua s’est fait recaler « quoique naturalisé Français »

Notre Grandeur me permettra de lui dire que, dans ma conviction, l’approbation de ce projet soulèvera des difficultés. M. le Ministre craindra de voir renouveler les objections qui se sont déjà produites lorsque des travaux ont été confiés à un facteur dont vous connaissez le nom, qui est d’origine étrangère quoique naturalisé Français.

En outre, M. Amezua n’a pas encore fait ses preuves en France et il ne paraît pas offrir à l’Etat des garanties suffisantes.

ou la candidature malheureuse du facteur d’orgue Aquilino Amezua pour la fourniture d’un orgue d’accompagnement pour la cathédrale de Perpignan, finalement construit par Aristide Cavaillé-Coll en 1875.

Source : Archives nationales, F/19/7818.

#Giletsjaunes

En tous lieux, on quittait le travail le samedi au 3e coup de vêpres. Les fêtes religieuses, nombreuses, étaient chômées, tout comme les fêtes de corporations. Et pourtant, ces gens-là se plaignaient. Or, quels étaient leurs principaux sujets de doléances? Les tailles, les impôts, assurément, comme en tous temps et en tous pays, mais le fait aussi qu’ils eussent toujours au-dessus d’eux quelqu’un dont old dépendaient. Ils avaient le sentiment de ne jamais vraiment disposer d’eux-mêmes ni des fruits de leur effort.

Les Rois maudits. La Louve de France (tome 5).

De la gestion de la question sociale

F/19/7813
Périgueux, mai 1827
« La saison est favorable pour les travaux, si l’on ne se hatait d’ne profiter, les réparations et constructions pourroient en souffrir. Les ouvriers deviendroient plus rares parce qu’occupés à d’autres ateliers. Il serait difficile de les détacher. Souvent même il arrive que les maîtres maçons et quelquefois les entrepreneurs ne sont pas fachés que les travaux à la charge du gouvernement soient retardés jusqu’aux approches de l’hiver, parce qu’ils ont les ouvriers à meilleur compte et qu’ils emploient la belle saison pour les particuliers qui se gardent bien de faire travailler dans la saison des pluies.

Patrimoine abandonné

La plupart des chapelles de la première église du royaume, ne sont que des débris qui excitent la surprise des étrangers qui vont visiter ce beau monument. Quelques unes sont closes grossièrement avec des planches de bois de bâteaux. Les autres montrent leur hideuse nudité à découvert. La belle statue du Bernin qu’il s’agit de replacer dans la chapelle dont le projet est ci-joint, est couchée par terre dans un coin, recouverte de deux doigts de poussière, et entourée de débris. (1818)

Source : Archives nationales, travaux de restauration de Notre-Dame-de-Paris, F/19/7798.

Temps vrai ou temps moyen ?

Il n’y a pas que les questions d’heure d’été ou heure d’hiver…

Les horloges publiques de la capitale sont encore réglées aujourd’hui d’après le tems vrai et non d’après le tems moyen […]. Londres, Amsterdam et Genève, ont, il y a déjà bien des années, donné l’exemple à cet égard, et Paris où l’art de l’horlogerie s’exerce avec une supériorité reconnue, ne pourrait je pense, différer l’adoption d’un système devenu nécessaire

En savoir plus : Observatoire de ParisHartman, « Le temps vrai et le temps moyen, ou résumé de la cause de l’irrégularité apparente des montres et pendules réglées sur le temps vrai » (1827)

Source : Archives nationales, travaux de restauration de Notre-Dame-de-Paris, F/19/7798.