RIP l’État (?-1835)

« […] une action judiciaire formée par l’Etat et la fabrique de la cathédrale de Troyes contre le sieur Thiennot, et dans laquelle les premiers ont succombé. »

Courrier du préfet au ministre de l’Intérieur, 7 septembre 1835.

Source : Archives nationales, travaux de restauration de la cathédrale de Troyes, F/19/7905.

#Giletsjaunes

En tous lieux, on quittait le travail le samedi au 3e coup de vêpres. Les fêtes religieuses, nombreuses, étaient chômées, tout comme les fêtes de corporations. Et pourtant, ces gens-là se plaignaient. Or, quels étaient leurs principaux sujets de doléances? Les tailles, les impôts, assurément, comme en tous temps et en tous pays, mais le fait aussi qu’ils eussent toujours au-dessus d’eux quelqu’un dont old dépendaient. Ils avaient le sentiment de ne jamais vraiment disposer d’eux-mêmes ni des fruits de leur effort.

Les Rois maudits. La Louve de France (tome 5).

Quand les Bretons avaient peur que les pyramides leur tombent sur la tête

1836, dans une contrée lointaine. La cathédrale de Quimper résiste toujours aux coups de boutoir du vent… toute entière ?

Non… voilà qu’à la fin de l’hiver 1836, un vent coquin fait valser les pyramides en pierre qui ornent les tours (les flèches ne se dressent pas encore vers le ciel).

Les tempêtes des 2 février et 28 mars derniers, ont abattu quelques-unes des pyramides qui servent d’ornement extérieur à la cathédrale de Quimper. Heureusement plusieurs pierres ont été jetées au loin, mais il en est cependant tombé en assez grande quantité sur les maisons adossées à cette cathédrale. La toiture de l’une d’elles a même été totalement détruite, en sorte que les propriétaire de ces maisons sont dans un état continuel d’anxiété, redoutant avec raison la chûte de quelques autres pyramides, ce qui compromettrait éminemment leur existence.

Forcément, avec des sculptures de pierre qui font jusqu’à trois mètres de hauteur, en guise de cheval de Gradlon (notre épée de Damoclès locale) au-dessus de la tête, on fait pas les fiers. D’autant que l’ingénieur local constate que certaines des pyramides ne tiennent plus sur leur socle que par la magie de leur propre gravité (ou le Saint-Esprit?), le mortier qui les fixait étant mort depuis longtemps…

Ces pyramides étaient autrefois […] au nombre de 128 […], elles ne sont aujourd’hui qu’au nombre de 88, les autres ont disparu, soit par des causes de démolitions accidentelles, soit par le résultat de violentes tempêtes qui les ont enlevées de leur base. Ainsi en 412 ans qui se sont écoulés depuis la construction du bâtiment en 1424 jusqu’en 1836, il y en a eu 40 de détruites, ce qui semble démontrer qu’il faut des coups de vents extraordinaires, et assez rares pour occasionner leur déplacement. Effectivement, les plus anciens habitants de Quimper ne se souviennent pas d’en avoir vu tomber jusqu’à l’année 1836, où plusieurs ont été enlevées et transportées au loin sur la place.

Source : Archives nationales, travaux de restauration de la cathédrale de Quimper, F/19/7828.

Gap, 1900.

Ceci n’est pas un fake… Mais une vraie publicité dans Les Alpes républicaines, 28 juin 1900. Espérons que ça ne soit pas un aptonyme …

Initialement mon oeil avait été attiré par une autre pub, un peu plus imagée.

Source : Archives nationales, travaux de restauration de la cathédrale de Gap, F/19/7709

Brèves de pub

​Je ne voulais pas me laisser traiter comme un individu inférieur, hors des droits humains

W. Melchiker, 22 ans, juif allemand viré de son emploi, réfugié en France le 13 juin 1933 (Archives nationales, versement 19940505)

Fin de carrière so #viedarchiviste

Pour son pot de départ à la retraite, ma mère a eu la bonne idée de montrer ce qu’il y avait à son arrivée… avec les mises à jour de la fiche Bristol et tout… (et la salle d’archives pleine de rayonnages branlants et de dossiers archi poussiéreux).

image

Et ce à quoi ça ressemble 16 ans après, avec l’intégration des données dans un réseau désormais national !

image

So #viedarchiviste ☺